Tracteur maraÓcherJeunes pousses, rťgion d'AgadirSerres canariennes, rťgion d'AgadirTomate sous abris, rťgion d'AgadirAgropole, Saint-Louis du SťnťgalMaÔs doux, Saint-Louis du SťnťgalEpandage engrais, Office du Niger
AgriS√©n√©gal  Agrisenegal.com
Accueil > Lancement

Reportage : La ferme ETC BIO ENERGIE en Zambie

 

M. GRANDRY François a eu l'occasion de visiter la ferme zambienne ETC BIO ENERGIE qui exploite 10 000 ha dans la province du Copperbelt, à 310 km au nord de la capitale Lusaka. Cette visisite est intervenue le 30 mars 2011 en compagnie de 2 agronomes de Phatisa, la société sud africaine gestionnaire du Fonds Agricole pour l'Afrique (AAF) et du Directeur de production de la ferme. Cette exploitation, crée en 1978 à l'initiative de la banque de développement britanique CDC et du gouvernement zambien est implantée à proximité du fleuve Kafue. Le climat tropicale humide, avec une pluviométrie de 1 200 mm/an, tempéré par une altitude de 1 200 m, permet 2 cultures par an.

Cette ferme, qui s'√©tend sur un territoire de 45 000 ha et sur pr√®s de 68 km d'est en ouest, comprend 10 600 ha de terre arable cultiv√©s dont 3 184 ha √©quip√©s depivots. Les principales productions sont le soja et le ma√Įs grain en saison chaude, sur respectivement 5 400 ha et 2 900 ha et le bl√© et l'orge en saison fraiche. Pour le soja et le ma√Įs, les rendements sont en moyenne de 3,8 t/ha et 12,7 t/ha en irrigu√© et de 3 et 10 t/ha sous pluies. En culture irrigu√©e, entre la culture de saison chaude et celle de saison fra√Įche, une troisi√®me culture √† cycle court est √©galement pratiqu√©e sur une partie de la surface. Ces cultures sont du haricot sur 360 ha et du crotalia juncea, une l√©gumineuse faisant office d'engrais vert, sur 400 ha. La riziculture, √† raison d'une culture par an, couvre √©galement 730 ha avec des rendements faibles de l'ordre de 4 t/ha. Du Jatropha, un bio-carburant qui remplace le gasoil, est √©galement cultiv√© sur 2 000 ha.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au niveau √©nerg√©tique, l'exploitation est reli√©e au r√©seau √©lectrique nationale, ce qui permet de b√©n√©ficier d'une √©nergie moins couteuse (0,12 √† 0,15 US $/kWh) que le gasoil pour l'irrigation. Bien que l'huile de jatropha cultiv√© sous pluie revient √† 0,85 US $/l, les tracteurs et moissonneuses batteuses fonctionnent au gasoil (1,65 US $/l), car l'huile de jatropha encrasse les pompes d'injection et entraine des pannes sur les moteurs. Comme pour toute l'afrique sub-saharienne, le gasoil riche en soufre, parfois charg√© d'eau et pas toujours livr√© tr√®s propre, pause √©galement probl√®me avec les moteurs de nouvelles g√©n√©rations. Seuls les moteurs tiers 1 et tiers 2 supportent ce carburant. Le mat√©riel utilis√© provient essentiellement des USA, en particulier les tracteurs et moissonneuses John Deere et Case. Tous les outils sont d'une largeur multiple de 9 m : 9 m pour le semis et la r√©colte, 27 m pour les √©pandages d'engrais et les traitements phytosanitaires. Le semis direct pour la culture du soja et le strip-till pour le ma√Įs sont pratiqu√©s sur une partie de l'exploitation. Le travail du sol est maintenue sur une autre parite, afin de limiter les risques d'incendie, toujours possibles lorsque les r√©sidus de cultures sont importants.

La ressource en eau est assur√©e par la rivi√®re Kafue, qui est r√©gul√©e par plusieurs barrages, et par des forages dans la nappe phr√©atique, situ√©e selon les zones et les p√©riodes de l'ann√©e entre quelques m√®tres et 60 m de profondeur. Des canaux recouvert d'un liner en plastique, bord√©s chaqu'un d'une piste et d'une ligne √©lectrique moyenne tension, d√©servent des stations de pompage √©lectrique qui alimentent en eau sous pression les pivots de 60 √† 120 ha, de marque Valley notemment. La pluviom√©trie des pivots est comprise entre 6,5 et 7,5 mm/jour, alors que dans la vall√©e du S√©n√©gal, le climat impose des pivots plus petits assurant une pluviom√©trie de 10 √† 11 mm/jour. La saison chaude √©tant pluvieuse, une irrigation de 55 √† 60 mm en d√©but de cycle est g√©n√©ralement suffisante pour le soja et le ma√Įs. Le bl√© et l'orge n√©cessitent une irrigation continue durant toute la saison fraiche, totalisant un apport de 600 √† 700 mm. La redevance pour l'eau revient √† 5 ou 6 $/ha. Les sols limoneux (16 √† 20 % d'argile) sur la partie ouest de l'exploitation √† limono-argileux (32 √† 36 % d'argil) √† l'est, sont relativement riches en mati√®re organique.

La soci√©t√© est g√©r√©e par 9 expatri√©s britaniques, √† savoir un Directeur G√©n√©ral, un Directeur Financier, 1 Directeur Technique, 1 Directeur de Production, 2 Chefs de cultures, 1 Responsable informaticien et 1 Directeur de la s√©curit√©. Les vols de r√©colte, en particulier de ma√Įs, ont en effet √©tait un fl√©au dans le pass√© sur cette exploitation. De nombreux cadres interm√©diaires sont √©galement employ√©s pour le rafinage du jatropha, l'entretien du mat√©riel agricole et d'irrigation, l'administration et la commercialisation, avec des salaires atteignant 3 800 $/mois pour certains d'entre eux. L'exploitation emploie 520 salari√©s permanents et 2 000 journaliers, pay√©s 3,2 $/jour, en particulier pour r√©colter les graines de jatropha.

Les agriculteurs en Zambie ont r√©colt√© au cours des douze derniers mois, 2,8 millions de tonnes de ma√Įs, soit un million de tonnes de plus que l'ann√©e pr√©c√©dente. L'Agence zambienne des r√©serves alimentaires (FRA) a ach√©t√© 697 000 t √† un prix fixe de 186 ‚ā¨/t. Le solde est soit auto-consomm√© soit export√© vers les pays de la sous-r√©gion, √† savoir la Namibie, le Zimbabwe et la RDC. Les grandes entreprises, comme ETC BIO ENERGIE vendent √©galement en direct √† l'exportation.

                                                                                                                                                                   F. Grandry

 

 

R√©f√©rences de l'√©diteur | Informations L√©gales  | ¬© ACS 2016 Tous droits r√©serv√©s