Tracteur maraÓcherJeunes pousses, rťgion d'AgadirSerres canariennes, rťgion d'AgadirTomate sous abris, rťgion d'AgadirAgropole, Saint-Louis du SťnťgalMaÔs doux, Saint-Louis du SťnťgalEpandage engrais, Office du Niger
AgriS√©n√©gal  Agrisenegal.com

Tomate - Guide du producteur

 

La Tomate sous abris

 

Le climat

La rentabilité d'une culture de tomate est en grande partie déterminée par les conditions climatiques. Les climats océaniques, de part leurs faibles amplitudes de températures jour / nuit et un fort ensoleillement sont les plus favorables. Les grandes zones de production de tomate sous serre à travers le monde sont souvent situées en bordures maritimes.

 

- Conditions climatiques optimum pour la tomate

Le Rayonnement Global (RG) n√©cessaire √† une culture de tomate plant√©e √† une densit√© de 2,4 bras/m¬≤ est d'environ 150 joules/cm¬≤/jour et par bouquet √† une temp√©rature moyenne de 17¬įC1, soit environ 1000 joules pour les 7 bouquets g√©n√©ralement pr√©sent sur une plante en pleine production. Le besoin en RG croit avec l'augmentation de temp√©rature. Il est d'environ 1300 joules/cm¬≤/jour pour une temp√©rature moyenne de 23 ¬įC. Comme le montre le graphique suivant, la production d'assimil√Ęts est maximale pour une temp√©rature moyenne de 20 ¬įC. Elle est √©lev√©e pour une plage de temp√©rature plus large, entre 17 et 23 ¬įC. Le manque de lumi√®re a des cons√©quences non n√©gligeables sur le rendement et la qualit√©. Par exemple, les d√©fauts de coloration sur fruits (blotchy) sont tr√®s souvent li√©s √† un manque de RG. La viabilit√© du pollen est √©galement affect√©e lorsque le rapport lumi√®re sur temp√©rature est d√©favorable.

 

Figure 1 : Photosynthèse et respiration de la tomate en fonction de la température2
Figure 1 : Photosynthèse et respiration de la tomate en fonction de la température

 

La transpiration foliaire dépend du climat et plus particulièrement du déficit de saturation de l'air en vapeur d'eau. Ce déficit s'exprime en g/kg d'air sec. Pour la tomate, l'optimum se situe entre 4 et 8 g3.

 

Tableau 1 : Transpiration foliaire de la tomate en fonction du déficit de saturation de l'air en vapeur d'eau en g/kg d'air sec
Déficit de saturation Transpiration foliaire Conséquences
inférieur à 4 g Transpiration faible : air trop humide Carences minérales
Sur fruits : éclatements, défauts de coloration
Conditions favorables aux maladies
4 à 8 g Transpiration optimale Croissance et développement optimal
supérieur à 8 g Stress hydrique : air trop sec Diminution de rendement
Sur fruits : petits calibres, microfissures

 

Pour un air à 100 % d'humidité relative, le déficit de saturation est de 0 g. Comme le montre le tableau suivant, un déficit de 4 à 8 g correspond à des humidités relatives qui évoluent en fonction de la température. Par conséquent, plus le climat est chaud et plus l'humidité relative dans l'abris doit être élevé pour permettre à la plante une transpiration optimal et donc d'assurer sa croissance. En Espagne, le gain de rendement des serres canariennes équipées d'ouvrants et d'une gestion climatique automatisée à l'aide de sondes de température et d'humidité est en moyenne de 35 %.

 

Tableau 2 : Table de déficit de pression vapeur en gramme par kilogramme d'air sec4
Tableau 2 : Table de déficit de pression vapeur en gramme par kilogramme d'air sec

 

- Comparaison des climats pour différentes zones de production

Le RG inf√©rieur √† 800 joules et les temp√©ratures de nuits inf√©rieures √†  10 ¬įC sont les facteurs limitant la quantit√© et la qualit√© de la production d'Agadir de d√©cembre √† f√©vrier. Au cours de la m√™me p√©riode, le RG est sup√©rieur √† 1200 jours √† St. Louis. Comme le montre le tableau suivant, la vitesse de croissance de la tomate est pr√®s de 2 fois sup√©rieure √† St. Louis qu'√† Agadir. Les temp√©ratures sont id√©ales pour une production √©lev√©e et de qualit√©.

Agadir
Dakhla
St. Louis
Nbre de bouquets / semaine
0,7
0,9
1,3


Cependant, les températures de nuit élevées et la présence fréquente d'harmattan en octobre impliquent de réaliser des plantations tardives. La nouaison du 1er bouquet sans trop de risques n'est possible qu'à partir des 1ers jours de novembre. Ceci correspond à une plantation de mi octobre pour une entrée en production vers le 5 décembre. Avant, il existe un risque de perdre 1 ou 2 bouquets.
En février ou mars, une période d'Harmattan de 10 à 15 jours peut également faire perdre 1 ou 2 bouquets. Les serres équipées de brumisation permettent de maintenir une bonne production pendant cette période. Entre la mi-avril et la mi-mai, une deuxième vague de chaleur est généralement préjudiciable à la culture. Certaines années, cette 2ème période d'harmattan est peu importante et la culture peut-être maintenue jusqu'à la fin du mois de mai.

 

Pour plus d'informations sur la comparaison entre le climate d'Agadir et de Saint Louis, consulter la rubrique "La Région de Saint Louis".

 

- Gestion du climat dans les abris

Les filets accumulent une grande quantit√© de poussi√®re r√©duisant la transmission lumineuse dans l'abri. Cette r√©duction qui peut d√©passer 50 % est d'autant plus pr√©judiciable que la couleur dominante marron des filets r√©sulte d'une soustraction de couleurs pour la plupart utiles √† la photosynth√®se, comme le jaune et l'orange. Dans la pratique, les filets se salissent en quelques jours et il convient de les laver r√©guli√®rement et de les maintenir parfaitement propre en d√©cembre et janvier. L'aspersion est r√©alis√©e tr√®s t√īt le matin pour profiter des heures les moins vent√©es et permettre au feuillage de s√©cher rapidement.

Au delà, 1600 joules/cm²/jour il est souhaitable de réduire la transmission lumineuse dans l'abri afin de limiter l'échauffement des plantes par un rayonnement direct, préjudiciable à la production. L'optimum est un ombrage de 20 à 25 % de couleur noir, donc homogène sur l'ensemble du spectre lumineux. Dans la pratique, pour la région de Saint Louis, l'ombrage est géré en lavant les filets afin de maintenir une légère accumulation de poussière en période de fort ensoleillement.

Les abris adapt√©s au climat du S√©n√©gal diff√©rent l√©g√™rement des serres canariennes marocaines et espagnoles. L'absence de pluie pendant le cycle de production et un climat naturellement chaud dispensent l'emploie de plastique en toiture. Le filet 20x10 assure √† la fois une protection contre la mouche blanche et le vent, important dans cette r√©gion √† certaines p√©riodes, et l'obtention d'un climat humide favorable au d√©veloppement des cultures. Les filets d'un maillage inf√©rieur sont √† proscrire, m√™me si la culture n'a pas besoin d'√™tre prot√©g√©e contre la mouche blanche, car ils ne permettent pas de cr√©er un climat suffisamment confin√©. Le filet 22x10 permettrait peut-√™tre un meilleur climat mais √† ce jour leur qualit√© de fabrication reste insuffisante. Pour maintenir un climat homog√®ne il convient √©galement d'√©viter les d√©placements lat√©raux de masses d'air au sein des blocs de serres. Les parois sont donc constitu√©es de pr√©f√©rence d'un plastique 200 ¬Ķ blanchi √† la chaux. Elles contribuent √† limiter les entr√©es de poussi√®re, d'acariens, d'aleurodes et de thrips.

Malgr√© un co√Ľt non n√©gligeable, investir dans une installation de brumisation est une s√©curit√© en p√©riode chaude et vent√©e pour √©viter la perte de 2 √† 3 bouquets par campagne en d√©but et fin de cycle pour les plantations pr√©coces (septembre) et am√©liorer la qualit√© de la production. Une bonne installation permet un gain de 10 √† 15 % d'hygrom√©trie et un abaissement de la temp√©rature de 2 √† 5 ¬įC par rapport √† une serre sans brumisation. Les producteurs espagnols consid√®rent que lorsque l'hygrom√©trie ext√©rieur est faible (inf√©rieur √† 30 %) une hygrom√©trie de 50 % dans la serre est suffisante. Les agronomes conseils une hygrom√©trie plus √©lev√©e mais dans la pratique tr√®s difficile √† atteindre avec ce type d'installation. Le programmateur peut √™tre r√©gl√© de fa√ßon √† enclencher les cycles de brumisation lorsque la temp√©rature est sup√©rieure √† 16 / 20 ¬įC et l'hygrom√©trie inf√©rieure √† 60 / 70 %.

 

Sommaire

 

Notes et Références

  1. 1SUPSTRATUS - Robert Van Der Vall, conseiller agricole Sud Est de la France (2002)
  2. 2Pr. Alarcon - Espagne, Symposium Agadir (2007)
  3. 3ADERSA - Mme Coulon - France (2001)

 

Liens externes

  1. 3 D'après le diagramme de l'air humide cerpet.adc.education.fr

 

R√©f√©rences de l'√©diteur | Informations L√©gales  | ¬© ACS 2016 Tous droits r√©serv√©s